Procédé en creux : Aquatinte

Elle se caractérise à l’impression par des valeurs semblables à ceux du lavis.

Avant de plonger la plaque de métal dans l’acide, on recouvre certaines parties de grains plus ou moins fins de résine ou de bitume que l’on fait adhérer au métal en chauffant la plaque. On obtient ainsi une sorte de vernis troué, l’acide mordra aux endroits où il n’y a pas de résine.

D’autres techniques d’aquatinte utilisent une matière avide d’eau (sucre, sel, sable…) que l’on saupoudre partiellement sur un vernis frais. La plaque est ensuite trempée dans l’eau, qui fait sauter le vernis aux endroits saupoudrés.

Pour obtenir d’autres dégradés on recouvre de vernis certaines parties du dessin, avant de tremper à nouveau la plaque dans l’acide. Cette opération peut-être renouvelée plusieurs fois.